Les associations et collectifs interpellent les candidats aux législatives.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, le 22 mai 2022, il fait 33°C à Auch ! Depuis quand avons-nous vu cette température en mai ? Le changement climatique n’arrive pas qu’aux autres.

La lutte contre le changement climatique est maintenant une question vitale. Le carbone doit rester dans les sols. Nous avons besoin de nos terres agricoles pour nourrir les populations locales.

A l’initiative d’Alternatiba-Auch, 11 collectifs et associations ( voir liste ci-dessous) adressent cette semaine une lettre ouverte aux candidat.e.s aux élections législatives dans la circonscription 32-01, qui comprend le sud du Gers et la commune d’Auch. Les signataires demandent aux candidat.e.s :

– de se prononcer contre le projet de zone d’activité économique de Naréoux, qui prévoit l’artificialisation de 17 hectares de terres arables sur la commune d’Auch ;

– de s’engager à soutenir et à porter les lois qui permettront de mettre fin rapidement à l’artificialisation des sols si elles et ils sont élu.e.s.

Liste des associations : Abiva, ADEAR du Gers, AMAP le Chou chinois, Les Amis de la Terre-Gers, Alternatiba Auch, Auch Territoire en Transition, Atelier du Vélo Pour Tous, Bien Vivre dans le Gers, Confédération paysanne du Gers, FNE Midi-Pyrénées, Union syndicale Sud Solidaires du Gers, Zero Waste Gers

Décrocheur•euses auscitain•nes, l’Appel

Ce jeudi 3 février la Cour d’Appel d’Agen a rendu son délibéré pour les 5 décrocheur·euses auscitain·nes (Caroline, Freddy, Philippe, Théaud et Valérie).

Elle les condamne pour vol en réunion tout en les dispensant de peine (voir l’article du Monde). Cette décision nous surprend au vue de l’audience du 2 décembre 2021 et des dernières décisions de justice (relaxe en appel à Amiens).

Nos camarades d’Agen ont eu une validation de leur condamnation avec 400€ d’amende ferme pour l’un et 200€ pour l’autre.

La saga Décrochons Macron au niveau national et européen Dans le Gers (par Yves Faucoup).

Macron mazouté au parlement européen
Sous le regard de d’Artagnan


Nous vous tenons au courant !

M. Le maire engagez-vous vraiment !

Lors des élections municipales d’Auch, en 2020, les candidats et candidates se sont engagés via le Pacte pour la Transition pour le climat et la justice sociale. Un an après, où en sommes-nous ? Les élu·es doivent être à la hauteur du défi climatique, économique et social et doivent tenir aujourd’hui les promesses réalisées il y a un an, et concrétiser ces engagements en actions. C’est pour rappeler l’urgence d’agir que des citoyens et citoyennes se mobilisent devant les mairies. L’objectif ? Interpeller leurs élu·es pour qu’iels remettent une feuille de route claire.

 

Depuis un an que les élections municipales sont passées, le Maire Christian Laprébende et les élu·es peuvent et doivent agir pour faire de la transition une réalité territoriale. Les promesses électorales doivent devenir des projets concrétisés sur le terrain : voir les engagements de la liste Auch pour vous et les observations d’Alternatiba. Les ambitions doivent être rehaussées et les alternatives soutenues. Ils et elles n’ont plus que 5 ans pour agir avant la fin de leur mandat, la feuille de route doit être claire et ambitieuse. Ils et elles ont remis un livret rappelant les engagements de la liste pour que le Maire se positionne sur un agenda de mise en œuvre.

Télécharger le livret des engagements…

Les citoyennes et citoyens sont porteurs de solutions (déplacements à vélo, protection des terres agricoles à Naréoux) et acteurs de leur territoire : ils et elles se mobilisent depuis des années pour faire entendre leurs voix, porter des propositions alternatives, lutter contre des projets inutiles et imposés. Depuis un an que les élections municipales sont passées, ils et elles ont continué ce travail d’interpellation, et attendent aujourd’hui des élus locaux de la transparence et des actions. La question qu’ils et elles leur posent est simple : élus locaux, comment comptez-vous agir pour mettre en œuvre la transition climatique et sociale dont nous avons urgemment besoin ?

 

Au niveau national (voir article)

Il y a urgence à agir pour le climat, pour la santé, la justice sociale et les emplois. La crise sanitaire qui nous touche reflète la nécessité de développer la résilience de nos territoires et de penser le monde d’après. Depuis un an que les élections municipales sont passées, nos territoires sont toujours plus impactés par le dérèglement climatique, comme l’a montré l’épisode catastrophique pour les agriculteurs des gels et des chaleurs d’avril.

Les élu·es ont une double responsabilité face au climat : celle de mettre en œuvre les politiques européennes et nationales, mais aussi de revoir à la hausse ces objectifs, puisque l’État français ne va pas suffisamment loin ni suffisamment vite, comme le montre les nombreux reculs politiques et démocratiques dans le cadre du Projet de Loi Climat et Résilience. Le bloc local (communes, intercommunalités etc.) est celui qui doit montrer que les transitions territoriales et leurs impacts sur la santé, le quotidien, les emplois, le pouvoir d’achat des citoyens et citoyennes sont plus sains et souhaitables pour notre climat et pour nous. Dans le contexte actuel des élections régionales et départementales, il est nécessaire de rappeler que 50% des émissions de gaz à effet de serre sont directement issues des décisions prises par les collectivités territoriales.

Loi climat – la marche d’Après

Le 28 mars dernier, à la veille de l’ouverture des débats à l’Assemblée nationale du projet de loi Climat et Résilience, 110 000 personnes ont marché en France.
Aujourd’hui, 9 mai, c’est 163 marches et 115 000 personnes qui ont répondu à l’appel de 730 organisations signataires. Ici à Auch nous étions 220 à manifester avec la Confédération Paysanne, Zero Waste, AMAP, Abivia, Solidaires, Occupant.e.s Circa-Ciné32 pour dénoncer l’irresponsabilité, l’incohérence et l’insuffisance de la loi votée le 4 mai mais aussi les manques d’ambition au niveau local comme sur les mobilités douce à Auch et les projets inutiles comme la ZAE de Naréoux.
La Convention citoyenne avait fait des propositions pour une lutte socialement juste contre le dérèglement climatique. Il s’agissait d’un plan de changement systémique et d’une réorganisation sociale.
Le projet de loi peu ambitieux amené par le gouvernement, a encore été amoindri par une Assemblée nationale ayant cédé aux sirènes des lobbies.
Ce texte est un échec, de nombreuses mesures ont été rejetées sans être débattues, par exemples :
– Le renforcement de la responsabilité climatique des entreprises, faire payer les plus gros pollueurs et réduire la pression exercée sur les plus précaires.
– La proposition d’interdire les vols intérieurs uniquement lorsqu’une alternative de moins de 4 h en train est possible : avec les 2 h 30 retenues, elle ne concernera plus qu’une poignée de vols intérieurs, ce qui engendrera une baisse infime des émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur.
– L’objectif de réduction des GES de faire baisser les émissions de 40 % d’ici 2030, et encore moins le nouvel objectif européen (55 % de réduction) alors que la science recommande une réduction de 65 %.
Au Dôme à Auch, depuis 54 jours, les occupant.e.s se mobilisent pour plus de justice sociale en faisant appel à la convergence des luttes avec des représentant.e.s des différents secteurs professionnels (culture, santé, syndicats, associations, collectifs…).
Pour dénoncer et aussi montrer que nous sommes prêt.e.s à construire et aller vers le monde d’Après. Pendant qu’ils avancent à reculons, nous marchons partout en France avec joie et détermination !

Mobilisation contre le projet de la ZAE de Naréoux

Jeudi 11 février, au Mouzon, se tenait à 18 heures le conseil communautaire dont le sujet principal était le Débat d’Orientation Budgétaire (DOB). Également prévue, la demande d’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage (AMO) pour le site de Naréoux avait mobilisé le groupe « Alternatives Territoriales d’Alternatiba Auch » représenté par une cinquantaine de militants qui occupaient le parvis.

« Alternatives Territoriales d’Alternatiba Auch » sur le parvis.

 

Remise de la pétition à Pascal Mercier, Président du Grand Auch.

 

Il s’agissait, pour ces derniers, de montrer leur opposition au projet de la zone d’activité économique du Naréoux et de remettre à Pascal Mercier la pétition contre le projet forte de 1.450 signatures obtenues en ligne. C’est avec attention que ce dernier a dialogué avec les représentants d’Alternatiba avant d’aller ouvrir la séance du Conseil communautaire.

Pascal Mercier dialogue avec les représentants d’Alternatiba.

En conclusion des débats, le président Pascal Mercier, souligne « Naréoux ne sera pas une nouvelle zone commerciale. Nous manquons de perspective sur le développement économique, il faut se fixer une direction, un cap celui de réconcilier le développement économique et le développement durable dans le respect de l’environnement ».

La délibération sur l’AMO pour le site de Naréoux est adoptée avec  47 voix pour, 11 voix contre et 5 abstentions.

Ce n’est que le début, le combat continue !

texte inspiré par “Journal du Gers

M. Mercier protégez nos terres agricoles !

Le conseil communautaire du Grand Auch Cœur de Gascogne, présidé par Pascal Mercier, s’est réuni le jeudi 11 février 2021. Il a voté la création d’une nouvelle Zone d’Activité Économique, sur des terres agricoles au lieu-dit du Naréoux, situé entre la zone d’Engachies et le domaine du Castagné.

D’une surface de 37,4 ha, elle serait destinée à accueillir des activités artisanales, industrielles et tertiaires (repérée 1AUY, voir carte). Elle est entourée de parcelles cultivées et contigüe à une zone d’habitation avec une dizaine de logements (repérée UCa). Deux établissements du tertiaire y sont déjà implantés dont le Laboratoire départemental, et cela au sud de la zone (repérée UY).

La municipalité actuelle s’était engagée lors de la dernière campagne électorale à ne pas bétonner des terrains agricoles.

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

Face aux grands enjeux climatiques qui sont aujourd’hui devant nous, l’artificialisation des sols n’est plus possible. L’imperméabilisation des sols augmente les risques de crue (voir carte) lors d’épisodes de pluie intense, qui seront de plus en plus fréquents en raison du dérèglement climatique.

La ZAE (repérée 1AUY) ne pourra qu’aggraver les crues de l’Arçon vers la zone d’Engachies, du fait de l’artificialisation des sols .

En cette période difficile pour tout le monde, il n’y a pas de demande d’installation de nouvelles activités, on se demande bien comment l’agglomération constate « un déficit du foncier économique » lors de la commission économique de ce mois.

Aussi une nouvelle zone n’est pas nécessaire, il vaut mieux valoriser celles existantes comme les zones actuelles d’Engachies, de Clarac, de l’Hippodrome ou de Pavie qui ne font pas le plein. Il serait bien plus logique de renforcer leur attractivité pour remplir les milliers de mètres carrés disponibles. La Zone du Grand Chêne récemment terminée, n’a pas attiré tous les commerces espérés mais a vidé un peu plus le centre ville d’Auch. Le transfert de certaines activités du centre ville vers la périphérie augmente les déplacements, ce qui engendre des coûts pour la collectivité (entretien des routes, transport,…)

Il est temps d’agir et de se tourner vers une nouvelle politique. Il est temps de réfléchir à une organisation au niveau de l’agglomération.

  • Oui, on pourrait créer sur cette zone, une ferme en régie municipale, qui produirait des légumes pour les cantines de la ville. Ce serait un projet beaucoup plus ambitieux, favorisant à la fois l’activité économique, la préservation des terres, la production locale et les circuits courts.
  • Oui à des actions audacieuses, solidaires et écologiques, tournées vers l’avenir, et l’attractivité de notre territoire.

 

  • Non à des politiques du siècle dernier !

 

Signez la pétition. Suivez-nous sur : Résultat de recherche d'images pour "facebook logo" Résultat de recherche d'images pour "instagram logo"
Rejoignez nous !

M. Le maire, sécurisez les déplacements à vélo à Auch !

Libérons nos villes du tout-voiture !

Sur notre territoire, celles et ceux qui souhaitent se déplacer à vélo, ne se sentent pas en sécurité face à un trafic routier dense et non régulé. Évidemment, nous savons qu’il n’est pas toujours facile de se passer de sa voiture, mais nous pensons qu’il est de la responsabilité de nos élu.es de nous en donner les moyens, en développant les alternatives et en accompagnant le changement, notamment pour les plus fragiles d’entre nous.

Le trafic routier est également l’un des premiers secteurs émetteur de gaz à effet de serre à l’échelle de notre agglomération. L’urgence climatique nous impose d’agir rapidement et de sortir de notre dépendance collective au pétrole, au transport routier et à la voiture individuelle.

M. Laprébende, il est grand temps d’agir pour la transition écologique et pour une mobilité urbaine sécurisée et adaptée aux crises sanitaire et climatique

Pour agir en faveur des déplacements doux, signez la pétition.

Relaxe à Auch

Décrocher Macron pour inaction climatique relève de la liberté d’expression !

Auch, 27 octobre 2020 – Le tribunal de grande instance d’Auch a relaxé les cinq prévenus qui étaient poursuivis pour vol en réunion après le décrochage de trois portraits d’Emmanuel Macron. Lors de l’audience du 13 octobre, les magistrats avaient longuement interrogé les membres d’ANV-COP21 Auch et leurs témoins sur l’urgence climatique et sur la nécessité de mesures politiques fortes pour y faire face. Le jugement reconnaît que cette action non-violente s’inscrit dans un débat d’intérêt général sur l’urgence climatique, et qu’elle est légitime au nom de la liberté d’expression.

Caroline, Freddy, Valérie, Philippe et Théaud sont relaxés. En réponse à l’appel d’Action non-violente COP21, ces citoyens avaient décroché des portraits d’Emmanuel Macron en juin et juillet 2019 pour alerter sur son inaction climatique et sociale. Poursuivis pour vol en réunion, ils encouraient donc 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende pour cette action non-violente. Mais le tribunal d’Auch a reconnu la légitimité de leur opération.

Première relaxe au nom de la liberté d’expression

Philippe, Théaud, Caroline et leur avocat.

Pour la première fois lors d’un procès pour décrochage de portrait présidentiel, le tribunal a retenu la liberté d’expression comme motif légitime de relaxe des prévenus. Le 13 octobre, la défense avait fait citer le climatologue du GIEC Christophe Cassou ainsi que l’économiste Geneviève Azam. Les deux témoins avaient été longuement interrogés sur la réalité de l’urgence climatique, et sur la dramatique insuffisance des mesures politiques actuellement prises [1], alors que les engagements des Accords de Paris sont inscrits dans la loi.

Cette relaxe arrive un an après une première relaxe retentissante à Lyon, au titre de l’état de nécessité [2] . À Auch, pour la première fois dans la longue série de procès pour décrochage de portrait, le tribunal a retenu la liberté d’expression. Il a estimé que l’urgence climatique est un débat d’intérêt général, et que l’action des Décrocheurs contribue pleinement à ce débat.

« Nous sommes très heureux de cette relaxe, elle légitime notre action et donne du poids à notre message, indique Caroline Boucher, une des militantes relaxées. Exiger de nos dirigeants qu’ils respectent leurs engagements et qu’ils protègent la population face au péril climatique, cela ne devrait conduire personne au tribunal ! Au contraire, c’est un acte citoyen ; chacun de nous, quelle que soit sa position dans la société, a le pouvoir d’agir pour le climat et la justice sociale. »

Série de 35 procès passés, en cours ou à venir

Le procès d’Auch était le 18ème d’une série d’au moins 35 suite aux décrochages de portrait présidentiel dans des mairies de tout le pays. Les procès de Strasbourg et de Paris (en appel) attendent leur délibéré pour les 3 et 10 décembre [3], tandis que d’autres procès auront lieu dans les prochains mois : le 10 novembre à Reims et à Montpellier, le 13 novembre à Valence, le 17 décembre à Agen.

Le collectif Alternatives Territoriales milite pour plus de stationnement en centre-ville

Samedi après-midi, une vingtaine de militants du collectif Alternatives Territoriales s’est réunie rue Alsace pour demander plus de stationnement en centre-ville. Mais comment faire lorsque la place est limitée ? La solution proposée est de remplacer 10% des places pour voitures par des stationnements vélo.

Samedi 19 septembre, des membres du collectif Alternatives Territoriales ont occupé temporairement trois places de stationnement de la rue Alsace dans le cadre de la journée internationale PARK(ing) DAY. Des équipements éphémères installés par les militants ont permis de garer une quinzaine de vélos sur seulement deux places pour voitures.

Pour les militants auscitains, c’était l’occasion de discuter avec les commerçants de l’accessibilité des magasins de centre-ville. Ils ont aussi pu aborder la question avec l’Association des Commerçants et formuler ensemble des propositions pour la ville de demain.

Utiliser l’espace de parking différemment, c’est augmenter significativement le nombre de clients. L’idée est simple : sur une surface de 10m² de parking le long d’un trottoir, on peut mettre une voiture, ce qui fait en général un ou deux clients. Sur la même surface, on peut mettre 5 ou 6 vélos, c’est 5 à 6 fois plus de clients.

De plus, une enquête de la Fédération des Usagers de la Bicyclette a montré que les personnes qui viennent faire leurs achats à pied ou à vélo viennent plus souvent et dépensent en moyenne plus sur une semaine que les personnes qui viennent en voiture.

Le collectif Alternatives Territoriales demande qu’à proximité des commerces de centre-ville, 1 place de stationnement voiture sur 10 soit aménagée avec des arceaux pratiques pour attacher les vélos. Il affirme que s’il faut bien sûr conserver des emplacements de parking pour les voitures, la répartition entre vélos, piétons et voitures doit évoluer afin que les commerces de centre-ville retrouvent une atmosphère agréable, moins bruyante, et  plus conviviale.

Le collectif Alternatives Territoriales a été créé à Auch en septembre 2019. Il réunit un grand nombre d’associations auscitaines sur une dizaine de thématiques. Les militants ayant participé à cette action étaient issus des collectifs Alternatiba Auch, ANV COP21 Auch, Vel’Auch et de l’Atelier du Vélo pour Tous.

Contact presse : Caroline Boucher 06.83.73.26.32

Alternatiba Auch a suivi les actions de la municipalité pendant le confinement

Notre collectif a envoyé deux courriers à la mairie, l’un concernant le “Drive fermier Zéro Piétons” avec la mise en place d’une alternative aux marchés fermiers, l’autre se rapportant à l’ouverture à la circulation vélo des berges du Gers et la mise en place d’installations cyclables temporaires […] Read the rest of this entry »